David Johnston Le Gouverneur-général

Le gouverneur général

Julie Payette

Julie Payette a apporté son expérience en tant qu'astronaute et en affaires, ses talents de polyglotte, ainsi qu'un intérêt particulier pour l'environnement et une passion pour la musique à Rideau Hall lorsqu'elle a été assermentée comme la représentante de la Reine au Canada le 2 octobre 2017

En tant que 29e gouverneure générale, elle a exhorté les Canadiens à travailler ensemble sur des questions telles que le changement climatique, la migration et la pauvreté, soulignant dans son discours d'installation: «Tout le monde peut accomplir quelque chose et relever le défi, d’abandonner l'agenda personnel et atteindre un but plus élevé et faire ce qui est juste pour le bien commun. C'est exactement ce que j'espère que mon mandat de gouverneur général.”

Au cours de sa première année à la résidence du gouverneur général, Son Excellence a assermenté un nouveau juge en chef; voyagé à travers le Canada et à l'étranger, de l'Ukraine et de la Lettonie à la Corée du Sud et aux États-Unis; organisé un événement de ski de fond sur la Colline du Parlement; et a accueilli des dignitaires dont le Roi et la Reine des Belges et le Premier Ministre du Portugal,




Le gouverneur général et la reine





David Johnston, gouverneur général 2010-2017: un occupant modèle de Rideau Hall.

Deux anciens gouverneurs généraux


David Johnston


En 2010, les Canadiens ont accueilli David Johnston, ancien président de l'Université de Waterloo, sur son installation comme gouverneur général du Canada. Ceux qui avaient suivi la carrière de Son Excellence connaissait ses abondantes "compétences des personnes,” son intelligence et sa personnalité affable – ainsi que sa profonde connaissance et de la Constitution du Canada et de l'histoire sociale diversifiée. Ces qualités, associées à une perspective véritablement mondiale et l'expérience politique au niveau fédéral, étaient excellentes indications qu'il servirait fidèlement la reine et tous les Canadiens à titre de gouverneur général. En effet, il l'a fait, apportant une atmosphère animée et fidèle à Rideau Hall. Il n’était donc pas surprenant que les Canadiens étaient ravis lorsque M. Johnston a accepté une prolongation de deux ans à Rideau Hall de la période de cinq ans qu’il est normale pour un gouverneur général, afin qu'il puisse jouer un rôle clé au cours des célébrations du Canada 150 en 2017 - à un coût non négligeable en termes de reprise de sa vie familiale chérie et un degré de vie privée.

Diplômé de l'Université de Harvard aux Etats-Unis (où il était un joueur de hockey All-American), l'Université de Cambridge au Royaume-Uni, Queen’s University en Ontario, le gouverneur général a combiné son expérience du droit des sociétés et de la communication avec une carrière dans l'éducation et administration. Après avoir enseigné le droit à Queen’s et l'Université de Toronto, il a été doyen de droit à l'Université de Western Ontario. De 1979 à 1994, il était recteur de l'Université McGill, après quoi il a été nommé recteur de l'Université de Waterloo en 1999.

M. Johnston était particulièrement apte à représenter la Reine - et, en mentionnant son rôle dans la plupart des occasions publiques, il était clairement fier de le faire - et de manifester ainsi le rôle principal du gouverneur général, mal compris ou dissimulé par certains de ses prédécesseurs. La gentillesse, l'authenticité et le caractère pur de Mme et de Mme Johnston les ont fait aimer aux Canadiens. Les monarchistes ne sont pas les seuls à le considérer comme le plus grand gouverneur général depuis de nombreuses décennies, et tout comme son prédécesseur peut-être le plus célèbre et le plus aimé, Georges-Etienne Vanier.





Mme Jean avec PM Stephen Harper

Michaëlle Jean


Alors que les Canadiens accueillaient un nouveau gouverneur général, David Johnston, en 2010, ils ont également fait leurs adieux à Michaëlle Jean, qui a quitté Rideau Hall à la fin de la période traditionnelle de cinq ans de service pour le représentant de la Reine au Canada. Ce fut une période qui a soulevé à deux reprises des demandes controversées de prorogation du Parlement. Une controverse s'ensuivit certainement, mais le traitement discret de la situation par la Gouverneure générale signifiait que toute critique qui en résultait s'adressait de manière appropriée aux acteurs politiques et non au bureau vice-royal.

L'une des réussites importantes de Mme Jean a été le rôle qu'elle a joué pour sensibiliser les Canadiens à la situation difficile en Haïti, son lieu de naissance, au point que le premier ministre a invité le GG au briefing opérationnel sur la crise. C'était une manière inhabituelle de reconnaître le droit de la Couronne d'être informé, bien sûr – mais qui montrait les côtés cérémonieux et politiques de l'exécutif en parfaite harmonie. La conférence de presse que Mme Jean a donnée plus tard le même jour qui l'a amenée aux larmes avec une intensité de sentiment que, beaucoup regardant les nouvelles du soir à considérer creuser un peu plus profondément dans leurs poches pour le soulagement des victimes innocentes à l'étranger.

Mme Jean a manifesté son soutien aux Forces canadiennes et a visité des troupes en Irak et en Afghanistan. Elle a soutenu la culture canadienne, surtout en ce qui concerne ses visages francophones et juvéniles. Un respect similaire pour les cultures autochtones a également été apprécié, surtout lorsqu'elle a délibérément choisi de manger du phoque lors d'un banquet inuit lors d'une de ses visites dans le Nord canadien. Et elle a été aussi une participante visible et enthousiaste lors d'événements artistiques partout au Canada.

À la fin de son mandat, l'ancienne gouverneure générale a poursuivi son service public en tant qu'émissaire spécial du Canada auprès de la mission des Nations Unies en Haïti. En novembre 2014, elle a été élue secrétaire générale de la Francophonie.

Contact

  domsec (@) monarchist.ca
  (1-800) 465-6925
  La Ligue monarchiste du Canada
B.P. 1057
Succ Lakeshore Ouest
Oakville, Ontario L6K 0B2

Média sociaux